Woodland Road

Il y a eu des feux de bois, de la forêt, une multitude de verts différents, des cabanes, des gosses plein de terre, des bières, des barbeuques, des copains (évidemment), un anniv de mariage avec du champagne qui sort de la glacière (non mais boire du champagne en camping, comble du luxe!!!), un hypothétique ours, des cards again humanity mais en version française, une ferme vegan (mouaif…) ET des nouveaux duvets.

C’est important les duvets en camping. Je découvre juste le pouvoir d’un cool duvet. Avant on emmenait les draps, la couette et les oreillers. D’abord parce qu’on n’avait que ça mais aussi parce que j’avais des souvenirs (de 85 les souvenirs quand même) plutôt pas chouettes des duvets qui serrent les pieds: les SARCOPHAGES. HAAAAA! Rien que le nom fait flipper. Pour rentrer déjà tu perds toute dignité en te tortillant tel un vers hyperactif. Ensuite, vu le bordel que tu fais en tentant de t’immiscer dans ce tube, normalement tu réveilles tout le camping et accessoirement les deux angelots avec qui tu partages ta tente. Une fois que tu as finalement réussi à entrer dans le machin, t’es en sueur mais il fait froid t’es en camping. Donc tu finis par grelotter. Essaie de te réchauffer dans un duvet de merde. Tu peux y aller, t’es bonne pour être gelée toute la nuit (avec un petit pic vers 4/5 heure du mat).

Mais comme t’as réveillé ton gosse il a soif. Déjà à la maison j’aime moyen mais en camping cette demande nécessite une suite d’actions vraiment pas sympas. Tu dois ressortir du sarcophage, partir à la recherche d’une hypothétique lampe que tu n’as pas, sortir de la tente et mettre des pompes dans le noir donc, puis se mettre en quête d’un contenant. Tu trouveras à tâtons un gobelet avec un fond de rouge. Tu ne te fatigues même pas à chercher une bouteille d’eau, tu pars directement en direction des chiottes, tout ça dans le noir noir. Pas le faux noir, le noir de la forêt, le noir dans lequel tu peux éventuellement croiser un ours qui a faim (il parait). Tu refais donc tout le chemin inverse avec ton verre d’eau, chaussures, fermeture éclair deux fois. Et si ton môme ne s’est pas rendormi dépité avant que tu reviennes, une fois qu’il aura bu son verre d’eau, juste après que tu te re-sois glissée avec majesté dans ta camisole, tu pourras entendre d’une toute petite voix : « maman? pipi. »

Voila. Donc j’étais pas super super motivée pour avoir un duvet. Mais je me suis renseignée (des fois dans la vie c’est bien de se renseigner sur des choses qui nous intéressent pas du tout genre les duvets) et j’ai découvert un monde parallèle avec tout un tas de choses qui rendent la vie (plus) simple en camping et notamment des duvets complètement incroyables, doux, grands, chauds, qui font pas de bruit. Le rêve un peu. Tellement le rêve que tes gosses veulent dormir avec toi…

Prochain camping donc, ils auront des cool duvets aussi, histoire qu’on puisse profiter des notres peinards.

C’était labor day, on avait trois jours juste avant la rentrée et on est allé se perdre avec les copains sur Woodland Road.

Et c’était drôlement bien.

img_20160903_105937-1img_20160903_095709img_20160903_110142img_20160903_191724img_20160903_110238img_20160903_202225img_20160904_161309img_20160904_161354img_20160904_161638img_20160904_174141img_20160904_174823img_20160905_115700img_20160905_115727img_20160905_115740img_20160905_120009img_20160905_120226img_20160905_120312img_20160905_120509img_20160905_120524img_20160905_121321

 

Publicités

Navigation des articles

  6 réflexions sur “Woodland Road

  1. 11 septembre 2016 à 15 h 36 min

    J’adore :)
    le camping, l’ambiance kermesse
    et oui, le duvet fait peur mais il est tellement bon de se glisser dans son confort douillet !!
    moi ce qui me stresse en camping c’est respirer trop près du plastique de la tente, parfois en me re-re-retournant je me retrouve face contre plastique et c’est l’angoisse subite.

    • 11 septembre 2016 à 16 h 10 min

      Haha! Bon, nous on a une tente 10 places (i know…). Donc ça va

      • 11 septembre 2016 à 16 h 13 min

        (c’est parti trop vite) je disais donc, ça va de ce côté là ;)
        Mais oui!!! Vive le camping!
        Bisettes

  2. laurence (@lopalomita)
    19 septembre 2016 à 5 h 46 min

    je sens d’ici l’odeur des sous bois et… j’adore… ça me rappelle justement l’enfance et ça on ne l’oublie pas , l’odeur de la forêt !

  3. pierre
    1 novembre 2016 à 4 h 01 min

    Salut cousine !
    Je pense à vous, du coup je vers sur newyorkavec toi (parce-que Céc se rappelle de l’adresse du site :), et je vois vos bouilles sur les photos ; ça fait plaisir ! Des bises à vous 4 !!!
    Pierrot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :